Quantcast
pomme de terre

L'Australien qui a fait le vœu de ne manger que des patates pendant 365 jours

Pour lutter contre son addiction à la bouffe, Andrew Taylor a choisi le régime alimentaire qui lui procurerait le moins de plaisir : la pomme de terre.

Gigen Mammoser

Foto von Tom Woodward via Flickr

Andrew Taylor, enseignant, papa et époux de 36 ans, entame à Melbourne en Australie, le quatrième des 12 mois qu'il a prévu de passer au régime. Problème, le régime qu'il a choisi est exclusivement composé de pommes de terre.

Sans beurre. Sans oignons. Sans kale. Sans bœuf. Rien que de la patate, sans fioritures – sauf une petite pinte ici et là.

Se lancer dans ce genre d'entreprise peut paraître absurde aujourd'hui, notamment parce que la patate a perdu un peu de sa superbe. Le gentil tubercule a subi une campagne de calomnie dans les années 1980, devenant l'épouvantail d'associations parents/profs américaines. Si les gosses prenaient du poids à la cantine à l'époque, c'est peut-être aussi parce que le débat sur l'alimentation s'articulait autour de la question : « Est-ce que le ketchup est un légume ? ». Et que la réponse était : manger des pommes de terre frites trempées dans une sauce tomate sucrée, c'est bon pour la santé.

Les défauts que l'on impute à la pomme de terre sont liés à sa préparation. Si vous ne les trempez pas dans un bain de friture, si vous ne les écrasez pas dans une bonne dose de crème fraîche, de beurre et d'ail alors les pommes de terre ne vont pas spécialement vous faire grossir. Et ça, Andrew Taylor l'a bien compris, déconstruisant les préjugés à propos du tubercule de Parmentier.

MUNCHIES a donc pris contact avec lui pour en savoir plus sur son régime.

gigen-potato-guy-2

Photos avec la permission d'Andrew Taylor

MUNCHIES : Salut Andrew, comment ça va ? Andrew Taylor : Je me sens super bien. Tout va pour le mieux. Tout s'est arrangé. J'ai plein d'énergie, je dors mieux et j'ai perdu du poids.

Tu as perdu combien de poids jusqu'à présent ? Alors… environ 29 kg.

Et pourquoi tu as choisi de ne manger que des patates pendant un an – pourquoi pas un autre produit ? J'ai choisi la pomme de terre parce qu'il y a plein d'études scientifiques et de preuves historiques qui soutenaient ce choix. Les Irlandais n'ont mangé pratiquement que des pommes de terre pendant des siècles avant la Grande Famine. Pareil pour les Hollandais. Encore aujourd'hui, il reste des populations indigènes qui ne mangent presque que des pommes de terre et qui sont en parfaite santé. Le fait qu'il y ait à la fois des données scientifiques et historiques en faveur d'un tel régime m'a convaincu que c'était faisable.

LIRE AUSSI : L'homme qui survivait sans boire une seule goutte d'eau

Est-ce que tu essayes de pimper un peu tes patates au quotidien ? En fait, si j'ai commencé ça, c'était pour vaincre mon addiction à la bouffe. Quand on est toxico ou alcoolique, le mieux c'est de tout arrêter complètement. Mais j'ai dû adapter ça à l'alimentation.

Le principe est d'adopter une bouffe ennuyeuse. Du coup, je n'ai plus ce rapport émotionnel avec la nourriture comme source de confort. Je fais exprès de rendre tout ce processus inintéressant parce que je veux tirer mon plaisir d'autres moments de ma vie. Mes patates, je les mange soit écrasées, soit bouillies, soit rôties au four.

Tu parles d'addiction alimentaire et non pas d'hyperphagie par exemple. Quelle différence tu fais ? Je dirais que l'hyperphagie engendre une addiction à l'alimentation. Ça me semble cohérent de penser qu'effectivement, toutes les personnes en surpoids sont accros au fait de manger. Je dis ce que je pense. Pour perdre du poids sur le long terme, c'est-à-dire sans le reprendre directement après, il faut traiter non pas les symptômes mais la cause du problème : être accro au fait de manger.

Est-ce que ton médecin était emballé par ton idée ? Je l'ai consulté quand j'ai commencé – ce n'est vraiment pas lui qui m'a conseillé de faire ça, mais quand je lui ai expliqué mon plan, il m'a vraiment soutenu. Il a estimé que ma santé ne se détériorerait pas. Ce n'est pas une méthode qu'il m'aurait prescrite, mais il est très content de me superviser pendant cette expérience. C'est lui qui fait mes analyses de sang et tout une batterie de tests.

Tu dois prendre des suppléments ? Oui, je prends de la vitamine B-12, mais c'est tout. Tout ce dont j'ai besoin est présent dans ce que je mange. J'aurais mes résultats sanguins à la fin de la semaine pour me faire une idée plus précise. Mais je me sens vraiment bien et je crois que c'est plutôt un bon indicateur.

Quel est le plat ou l'aliment qui a été le plus dur à abandonner ? Je n'ai pas vraiment de plat favori, ni même d'aliment en particulier – j'adorais toute la junk food en général. Je pense que m'être débarrassé de toute cette graisse, c'est ce qui fait le plus de différence au niveau de ma santé. Je ne mange plus rien de gras.

Combien de kilos de pommes de terre tu manges chaque jour ? Tu t'en fais au petit-déj, au déjeuner et au dîner ? Ça dépend. J'en mange autant que je veux et dès que j'en ai envie. Je n'ai pas un cadre précis à respecter. Je ne compte pas les calories. Je ne sais pas exactement combien de patates je mange.

Les deux premières semaines, je savais quel poids de pommes de terre je mangeais parce que je les achetais en sacs de deux kilos, donc ça me donnait une idée. À l'époque, je mangeais environ trois kilos et demi par jour. Mais ça a peut-être évolué, je ne sais pas. Maintenant, j'ai un sponsor qui me fournit mes pommes de terre donc elles arrivent dans de grandes caisses et je n'arrive pas à dire quel poids j'en mange chaque jour.

gigen-potato-guy-3

Un sponsor de pommes de terre ? Oui, c'est ça. Début février, un magasin de fruits et légumes cultivés localement me fournit en patates.

Est-ce que « Spud Fit » (ndlt : à la fois le nom du blog d'Andrew et de son régime) peut devenir une marque, ou un style de vie ? Je ne sais pas. Beaucoup pensent que je devrais faire ça, mais ce n'est pas mon but. Je voulais juste résoudre mes propres problèmes et partager mon expérience. C'est quelque chose de personnel. C'est vrai que si je peux gagner de l'argent avec ça, pourquoi pas, mais je ne vois pas bien comment.

Eh bien, disons qu'un type qui vante les mérites des pommes de terre, ça pourrait intéresser les cultivateurs en question. On m'a dit d'écrire un livre ou un truc comme ça, mais il n'y aurait qu'une seule phrase : « mangez des patates ». Pas super vendeur.

Il ne nous reste plus qu'un mot à te dire : merci !