Sueur, soleil et pinard : une semaine avec les vendangeurs de Pommard

Ils sont étudiants, SDF ou encore anciens taulards et travaillent sans relâche. Leur mission ? Récolter le raisin qui servira à fabriquer parmi les meilleurs vins du monde.

|
oct. 11 2016, 2:44pm

Dans la région des grands crus de Bourgogne, le mois de septembre, c'est celui des vendanges. Sur ces terres où les vignes s'étendent à perte de vue, des saisonniers venus d'un peu partout en France et même de l'étranger s'attellent à récolter le raisin qui servira à fabriquer parmi les meilleurs vins du monde.

L'histoire que racontent mes photos, c'est celle d'une équipe de vendangeurs avec qui j'ai passé du temps du côté de Pommard, le célèbre village de la côte de Beaune, qui produit un pinard AOC de cépage pinot noir.

vendanges-pommard-01

Une matinée nuageuse, un des meilleurs moments pour vendanger à la fraîche. Toutes les photos sont de l'auteur.

Tous les jours, dans des allées de vignes qui tirent jusqu'à l'horizon, je les ai observés poser le genou à terre et se courber pour cueillir le raisin, pendant que d'autres, plus costauds, sont chargés de transporter la récolte sur leur dos.

vendanges-pommard-02

Vladi, un des porteurs de la bande : « Un rouge communiste bien solide. »

J'ai particulièrement apprécié les moments en leur compagnie – bien qu'ils mènent une vie de bâtons de chaise, ces hommes et ces femmes travaillent dur pour que l'on puisse apprécier les grands vins de Bourgogne. Je trouve que leur travail est trop peu souvent apprécié à sa juste valeur.

vendanges-pommard-03

vendanges-pommard-04 Le casse-croûte de 10 heures et un verre de rouge.

Pendant la semaine ouvrée, le rythme est intense. Les saisonniers se lèvent à 7 heures, s'enfilent un petit-déjeuner (au rouge, déjà, pour certains) et direction la vigne pour les premiers coups de sécateurs. À 10 heures, c'est l'heure du casse-croûte : un sandwich pâté-cornichons, un café ou (déjà) le premier litre de rouge, pour les plus vaillants. De cette manière, le retour au travail est plus joyeux.

À 13 heures, c'est l'heure de la pause repas et des bons petits plats arrosés d'un deuxième litron. Ensuite, la petite équipe se remet au charbon, coupe la vigne et charge les porteurs qui croulent sous les kilos de raisins dans leur hotte. À 18 heures, la journée se termine enfin pour laisser place à l'apéro – la douche attendra. À 20 heures, c'est l'heure du dîner et tout le monde passe à table – l'occasion d'arroser encore tout ça avec un bon rouge. Les derniers vendangeurs iront se coucher vers 2 heures du matin.

vendanges-pommard-05

On remplit les remorques au max puis leur cargaison voyage jusqu'au domaine propriétaire de la parcelle sur laquelle l'équipe vendange.
vendanges-pommard-06 Le porteur attend que les cueilleurs sortent leur tête des vignes, tels des marmottes, pour vider leur seaux.

Ceux avec qui j'ai passé du temps venaient d'horizons très différents – il y avait des jeunes, des étudiants, des vieux, et même des SDF et des anciens taulards. Quand ils se retrouvent entre eux, ils refont le monde : certains évoquent leur passé et les choses qu'ils n'auraient pas dû faire ou qu'ils regrettent. C'est aussi pendant ces veillées que le souvenir collectif des vendanges émerge et que les anecdotes fusent. Un vendangeur se souvient que l'année précédente, il était allé réveiller le propriétaire du domaine dans sa chambre en pleine nuit en criant : « Je suis un Dragon ! » Tout le monde aura deviné qu'il était somnambule.

vendanges-pommard-07

Une douche « forcée » au Karcher pour un des vendangeurs.

Un autre raconte l'histoire d'un vendangeur qui est arrivé avec plus d'une heure de retard dans les vignes, déjà complètement saoul. Il a mangé un morceau de pain du casse-croûte de 10 heures et s'est mis au boulot. À peine quelques minutes plus tard, il rendait tout dans une allée de vignes.

vendanges-pommard-08

On met la table pour le repas du soir.

Ces gens sont infatigables, ils retournent à leur travail une fois les vendanges finies, ceux qui ont de la bouteille continuent les vendanges dans le Beaujolais ou partent couper des sapins pour Noël – et puis les autres retournent à leur vie faite de bouts de ficelles.

vendanges-pommard-09

L'année prochaine, la plupart d'entre eux reviendront sûrement pour se faire à nouveau un petit billet – comptez environ 400 euros pour 5 jours de travail.

vendanges-pommard-10

vendanges-pommard-11 On vendange parfois avec les moyens du bord : des gants mapa.
vendanges-pommard-12 Quand il y a un point de départ et un point d'arrivée, il y a forcement une course : un vendangeur portant le maillot de foot de l'équipe de France a vendangé son allée avant tout les autres.

vendanges-pommard-13

Le sang du Christ apparaît parfois au-dessus de la hotte d'un porteur.

vendanges-pommard-14
vendanges-pommard-15