Fausse alerte : la bouffe fast-food ne fait pas pousser les seins

En Chine, un jeune homme prétendait qu'il y avait un lien entre ses « man boobs » et son alimentation malsaine. On a demandé à des experts si c’était possible.

|
27 septembre 2017, 1:58pm

Photo by Nisian Hughes for Getty Images

Ce n'est un secret pour personne. Un régime alimentaire entièrement articulé autour de la bouffe de fast-food, a des conséquences ostensibles sur votre corps, votre cerveau, votre cœur, et votre tour de taille. Par contre, est-il possible qu'une surconsommation de burgers entraîne l'apparition d'une poitrine ? C'est ce qu'un média chinois prétendait récemment.

Selon l'article publié dans le Qianjiang Evening Post, traduit et relayé par le Daily Mail au Royaume-Uni, un homme de 19 ans a subi une mastectomie pour enlever un excès de tissu au niveau du sein droit. Selon lui, cette excroissance aurait commencé à pousser quand il avait 13 ans, résultat d'une gynécomastie – ou le développement excessif des glandes mammaires chez l'homme causé qui peut être causé par un déséquilibre des œstrogènes et de la testostérone.

LIRE AUSSI : Comment ce petit fruit qu'est l'abricot peut devenir mortel

L'article du Daily Mail explique que « la formation d'un 'man boob' a été provoquée par la consommation de fast-food » et de perturbateur endocrinien. Il cite le Dr Pan Zhongliang, médecin en chef de l'hôpital central de Wenzhou où la mastectomie a été réalisée au début du mois de juillet, qui conseille aux hommes d'éviter des aliments comme le « poulet frit, le lait de soja ou la gelée royale ».

Compte tenu de l'amour immodéré que porte MUNCHIES à la restauration rapide, il a fallu approfondir la question : est-ce que la bouffe fast-food peut réellement provoquer une croissance mammaire chez les hommes ? On a donc parlé à Kate Comeau, diététicienne et porte-parole des diététiciens du Canada. Et elle n'adhère pas du tout à la théorie farfelue développée dans le Qianjiang Evening Post.

« Je peux vous assurer qu'il n'y a aucune preuve permettant de relier la consommation alimentaire de fast-food à la gynécomastie », a-t-elle déclaré à MUNCHIES. « [La consommation de nourriture rapide] n'a encore jamais été associée à cette condition dans les publications spécialisées. La maladie est généralement due à un déséquilibre entre les œstrogènes et les androgènes. Cela peut se produire chez le nouveau-né, durant la puberté, à cause d'un médicament, d'une maladie chronique du foie ou du rein, d'hyperthyroïdie, d'hypogonadisme ou de néoplasmes testiculaires et surrénales. »

Visiblement, les frites, le McChicken et les oignons frits sont absents de cette liste. Pourtant, le Dr Pan n'est pas complètement à côté de la plaque quand il suggère un corrélât entre la malbouffe et les hormones. Comeau souligne que les « perturbateurs endocriniens » mentionnés par le Daily Mail sont probablement une référence aux phtalates.

Plus tôt cette année, les chercheurs ont trouvé un lien direct entre la consommation de fast-food et les niveaux de phtalates dans l'urine des habitués de la restauration rapide.

Aussi connu sous le nom de plastifiants, les phtalates sont utilisés dans la production industrielle de rideaux de douche, de sacs médicaux, de tubes, de jouets pour enfants et de savon. Mais les scientifiques sont persuadés qu'ils s'infiltrent aussi dans la bouffe par le biais des machines industrielles utilisées pour fabriquer des aliments transformés ou même par les gants que les ouvriers d'usine utilisent.

Plus tôt cette année, les chercheurs ont trouvé un lien direct entre la consommation de fast-food et les niveaux de phtalates dans l'urine des habitués de la restauration rapide. Pour autant, si les phtalates ont un rôle avéré dans des problèmes de fertilité ou de ralentissement de la croissance pénienne, les recherches qui tentent d'établir un lien à la gynécomastie ont pour l'instant fait chou blanc.

Comeau a également relevé l'existence d'une étude intitulée « Les phtalates ont une influence sur la santé humaine: preuves épidémiologiques et mécanisme d'action plausible » et paru dans le Journal of Hazardous Materials. L'étude qui revient sur des recherches passées « tente de lier l'impact des phtalates à la gynécomastie pubertaire », bien qu'aucune ne soit en mesure de le prouver.

Pour Comeau, ainsi qu'un grand nombre d'enquêtes scientifiques, vous n'avez aucune raison de vous faire du mouron pour votre poitrine si vous aimez manger des wings de poulet ou des cheeseburgers. Les seuls kilos supplémentaires que vous risquez de gagner en mangeant du fast-food sont plutôt à chercher en dessous.

Toute cause externe, comme le fast-food, aurait eu un effet – même minime – sur les deux seins, mais il n'y a aucun élargissement observé sur le gauche.

Un constat validé par Dr Peter Bray. Chirurgien plastique basé à Toronto, il effectue régulièrement des réductions de poitrine et traite aussi l'asymétrie mammaire.

« La gynécomastie est un problème très fréquent chez les adolescents, tout comme l'asymétrie mammaire », explique-t-il. « La croissance du sein chez ce jeune homme aurait pu se produire avec ou sans consommation de fast-food. Il n'y a pas de test médical spécifique qui identifie cette nourriture comme étant responsable dans un cas particulier ».

Bray est assez sceptique quant à l'hypothèse formulée par le Dr Pan. « Je doute que la restauration rapide soit la seule explication de la gynécomastie. Toute cause externe aurait eu un effet – même minime – sur les deux seins, mais il n'y a aucun élargissement observé sur son sein gauche. »

Il aborde également la question des phtalates en ces termes. Il souligne que ces additifs chimiques peuvent avoir des « effets similaires aux œstrogènes », mais cela ne suffit guère pour conclure qu'ils pourraient provoquer la croissance d'un seul sein chez un homme.

Photo via Wikimedia Commons.

Bray assure néanmoins qu'il y a des « raisons assez légitimes de soupçonner que la restauration rapide pourrait jouer un rôle dans l'aggravation de l'élargissement du sein masculin ». Manger trop de fast-food peut contribuer à une foule d'autres problèmes de santé, comme l'obésité, ayant pour conséquence d'augmenter les niveaux d'œstrogènes et, in fine, la taille des seins. Mais plutôt symétriquement.

LIRE AUSSI : Non, l'huile de coco n'est pas « meilleure » pour la santé

« Prendre du poids peut certainement se manifester dans la croissance de la taille des seins chez les adolescents masculins, ainsi que dans d'autres régions de leur corps, mais ce phénomène ne serait pas identifié comme une gynécomastie », conclut Comeau, citant un examen récent de 26 études portant sur la relation entre les aliments transformés et la graisse corporelle pendant la petite enfance et l'adolescence.

En d'autres termes, si la restauration rapide vous fait pousser les seins, ce ne sera pas forcément à cause de produits chimiques et de perturbateurs endocriniens. Juste parce que vous avez un régime pas super équilibré.