Et si le bacon était casher ?

Des savants biblistes pensent que le porc était, à l'origine, uniquement interdit au prêtres du Temple. Pas à l'ensemble du peuple juif.

|
16 juin 2017, 11:08am

Photo via Flickr user Kim Ahlström

Beaucoup de Juifs choisissent de ne jamais consommer de porc parce qu'on leur a toujours enseigné que ce n'était pas casher. Mais aujourd'hui, ces justifications historiques et religieuses sont remises en question par un groupe d'exégètes. Pour eux, le peuple juif s'est sans doute fourvoyé en pensant que le porc était interdit par leur culte.

LIRE AUSSI : Le falafel de la discorde

L'article qui émet cette hypothèse est paru dans le quotidien israélien Haaretz. Si les Juifs pourraient se mettre à manger du cochon sans crainte, c'est que beaucoup d'érudits des textes sacrés soutiennent l'idée que le Lévitique n'était au départ pas destiné à tout le peuple juif.

C'est en effet dans le troisième livre de l'Ancien Testament qu'on trouve la cacheroute, le code alimentaire à la base de l'interdit du porc. Il y est écrit qu'il ne faudra manger de la viande que de l'animal « qui a le sabot fendu, le pied fourchu et qui rumine. » Le souci c'est que, selon ces commentateurs, le Lévitique n'aurait été destiné qu'aux prêtres du Temple ; pas à tout le peuple juif. Si cela est vrai, les Juifs se seraient farcis de la carpe pour rien.

Durant la période de l'exil à Babylone, quelqu'un a eu la riche idée d'étendre les règles du Lévitique à tout le peuple juif et non uniquement aux prêtres

Traditionnellement, seul le chapitre 21 du Lévitique est lu comme destiné aux prêtres ; il interdit les scarifications rituelles et les tatouages. Le reste du livre (et toutes les interdictions qu'il édicte) a été appliqué pour tous. Mais le principe de cette nouvelle analyse est de dire que durant la période de l'exil à Babylone, quelqu'un a eu la riche idée d'étendre les règles du Lévitique à tout le peuple juif et non uniquement aux prêtres. Cela dans le but de souder davantage la communauté en exil autour de règles communes.

Le professeur Robert Gnuse de l'Université Loyola fait ainsi remarquer que l'interdiction du porc encourage « l'idée alléchante que le peuple Juif est entièrement composé de prêtres dans le nouveau Temple de Dieu qu'est le monde ». Cette conséquence pourrait bien se révéler finalement infondée si les Juifs ont mal interprété la cible du Lévitique pendant tout ce temps.

LIRE AUSSI : Un chawarma végétarien pour les réconcilier tous

Sommes-nous donc à l'aube d'une nouvelle ère culinaire pour les Juifs ? Pas forcément. Car même si le porc était peut-être bien à l'origine casher, des siècles d'histoire l'ont rendu complètement tabou dans l'assiette d'un juif pratiquant.