Casse-toi Thanksgiving : des vidéos de gens qui n'en ont rien à foutre

Il y a une époque où les repas de famille voulaient vraiment dire quelque chose. Une époque où l’on ne postait pas de vidéo de dinde qui explose sur YouTube.

|
nov. 24 2016, 11:00am

Screengrab via YouTube user McJuggerNuggets.

Thanksgiving est une des rares fêtes célébrées aux États-Unis qui n'a pas encore percé en France. Peut-être parce que le lobby du dindon rouge des Ardennes ne pèse pas assez. Bref, le quatrième jeudi de novembre, de l'autre côté de l'Atlantique, on se réunit en famille – puisque c'est férié – et on casse la croûte tout en s'engueulant comme dans tout bon repas qui se respecte.

À une époque, Thanksgiving et son folklore commémoraient le partage et l'abondance de biens – souvenir d'une petite bouffe entre les Wampanoags et les Pères pèlerins avant qu'ils ne clamsent du scorbut.

Aujourd'hui, la fête est devenue un symbole exacerbé de notre société consumériste.

LIRE AUSSI: Un petit manuel de savoir-vivre en période de fêtes

La preuve avec le Black Friday, cette journée de shopping hystérique qui marque traditionnellement le coup d'envoi des achats de fin d'année. Les commerçants font des soldes Maxi Best Of et des scènes genre La Course au jouet avec Arnold Schwarzenegger se multiplient dans les magasins.

Après les horreurs de la Grande Dépression et de la Seconde guerre mondiale, la « génération grandiose » voulait simplement instiller dans l'esprit de ses enfants des notions de gratitude. Si l'argent venait à manquer, ils pouvaient être juste heureux de vivre aux States dans les années 1950 et pas de l'autre côté du rideau de fer. Un peu comme la famille Johnson dans la vidéo ci-dessous

Ils n'ont peut-être pas de quoi s'acheter une dinde mais ils ont l'air plutôt heureux de ne pas vivre entre les griffes des communistes.

Finalement, les enfants ont grandi. Ils sont devenus les « baby boomers » et sont devenus le cœur de cible des publicitaires à la Don Draper – de la même manière que les kids de l'an 2000 aujourd'hui. Et le monde a découvert une génération beaucoup plus hédoniste que la précédente. Avec un appétit démesuré pour les biens matériels.

Pensez-y avant de vous mettre à table. C'est l'histoire de la plupart des fêtes aujourd'hui aux mains du Grand Capital. Le dîner de Thanksgiving comme celui de Noël n'est plus qu'une excuse pour se péter le bide jusqu'à atteindre un état gastro-intestinal contre lequel le Gaviscon ne pourra pas lutter. Voilà, il suffit de boire à l'excès, de s'énerver contre les membres de la famille qui ne partage pas les mêmes opinions politiques que vous et d'immortaliser le tout en vidéo sur le web.

Plusieurs cas de figure s'offrent maintenant à vous :

  • Se battre pour une part de cheese-cake

  • Demander à une personne du troisième âge de jouer avec la nourriture pour faire des vues sur YouTube

  • Filmer des membres de sa famille à leur insu

  • Débattre de la protection sociale dans le pays

  • Faire exploser la dinde

  • Faire brûler la dinde

Il y a un côté un peu cynique à mater des familles plus ou moins équilibrées que la vôtre s'entre-déchirer en plein repas. Certaines ont d'ailleurs une notion du mot « baston » un peu différente.

Si vous êtes arrivés jusqu'ici, souvenez-vous : des dindes qui explosent, de l'alcool et des engueulades, c'est bien. Mais être reconnaissant de pouvoir le faire, c'est encore mieux.

Amen.