Henry Michel regarde Top Chef – Ep.5 : l'épisode de tous les dangers !

Des mioches, de la perversité, deux épreuves emblématiques et une hécatombe de favoris en dernière chance – le tout avec des guests mille fois resservis.

|
23 février 2017, 9:24am

En 2017, notre chroniqueur gastronomique a décidé de suivre Top Chef et de nous débriefer, chaque semaine, le dernier épisode en toute subjectivité.

Suggestion de dressage : ce débrief est à lire comme une note de service, comme un carnet de bord qui se grignote dans l'ordre chronologique, en même temps que vous matez l'épisode de Top Chef en direct ou quand vous le re-matez en streaming. Pour voir à quoi ressemblent les candidats, vous pouvez aller faire un tour sur ce trombinoscope. Pour voir les débriefs de tous les épisodes précédents, rendez-vous ici.

Un épisode de Top Chef que l'on pourrait qualifier de « Classico » – de la perversité, peu de gastronomie, deux épreuves emblématiques et une hécatombe de favoris en dernière chance, le tout avec des guests mille fois resservis, même en terrine : Norbert Tarayre et Yves Camdeborde. À titre personnel, je préfère lorsque l'on part en Province rejoindre de grands noms étoilés, mais il faut parfois serrer les budgets et accepter de rester à la maison. C'est ce que l'on appelle dans les séries un « bottle épisode ». Cet épisode 5 en est un, et cela commence bruyamment.

Épreuve 1 : Nourrir des gamins

Ce qu'il fallait faire : faire adorer par des gamins un ingrédient qu'ils détestent habituellement. Ce que j'aurais fait : j'aurais travesti un foie de veau en David Lafarge.

foi-de-veau-lafarge

Foie de Veau Lafarge
nullipares

Cette épreuve bien connue des habitués de Top chef requiert une bonne connaissance des habitudes alimentaires des enfants. Si tous les enfants ne sont pas généralisables, on trouve parmi eux quelques traits communs qu'en tant que père, je vais me faire le plaisir d'énoncer pour les amis ou nuls en kids :

LES ENFANTS ET LA GASTRONOMIE - Un enfant a des goûts de gros beauf : ultracarniste, zéro légumes, sodas, sucreries, pâtes, riz et basta. - L'enfant abhorre toute trace du monde végétal dans les plats. La moindre trace verte dans un plat provoquera l'hystérie. La tomate peut parfois passer. - En terme de feedbacks après un plat, l'enfant parle comme un adulte complètement ivre. Ses goûts, coups de coeur et coups de gueule sont très difficiles à lire. - Les couleurs dans les plats salés plaisent moyennement à l'enfant : éviter le marron, noir, vert. L'enfant aime l'absence de couleurs, le blanc des pâtes et du riz. - Chaque enfant a un goût zarbi : c'est à dire un des plats cités plus haut qu'il adorera sans aucune raison logique. Exemple : les brocolis vapeurs ou les tripes crues. - Chaque enfant a son propre goût zarbi, et dans une famille de plus d'un enfant, chaque enfant aura son goût zarbi spécifique, bien évidemment. - Les enfants détestent quand une chose à l'apparence non-croustillante croustille quand même, et vice-versa. - Les enfants aiment les goûts ultra-définis, les goûts 4K, sans entre-deux, sans jeu de cache-cache, sans mélange détonnant. Le « What you see is what you get » est obligatoire.

LES DUELS

Guillaume Vs Maximilien

Ingrédient imposé : Le Foie de Veau.

Maximilien Son plat : Croquettes à la sauce tomate, coquillettes - « J'aime pas les enfants, j'aime pas le foie de veau » : fort de cette constatation honnête et saine qui claque comme du Jul, Maximilien part d'une bonne base pour réussir son défi. En se méfiant autant de l'ingrédient que des goûteurs, il parvient à noyer efficacement son foie non dans l'alcool, mais dans de jolies croquettes, de délicieuses coquillettes au fromage, un dressage élégant et beaucoup d'hypocrisie face aux petits. - Meilleure citation de l'épisode : « Si j'aimais les gosses, j'aurais fait instituteur ou gardienne. » C'est du Bertrand Blier. L'avis des gamins : « trés joli, ça donne vraiment envie », « gnagnagnagna », « trop bon », « boulette très bonne mais pas tellement cuite à l'intérieur », "finalement c'est drôlement bon", « gnagnagna ».

millie-bobby-brown-gaten-matarazzo-caleb

Le Jury d'enfants en train de goûter les plats des candidats.

Guillaume Son plat : Sandwich cubain – Croque-Monsieur noisette pesto, champignons, tombée d'épinards, foie de morue, piment, arêtes de poisson, taxe foncière et araignées. - Guillaume a consciencieusement réalisé un sans-faute en cumulant tous les interdits du guide "Les enfants et la gastronomie" paru pourtant plus haut dans ma review: il n'a aucune excuse. - « J'y connais rien en gosses ! » confirme-t-il, sous les cris d'agonie des enfants. - Ce n'est pas faute à Michel Sarran, étonnamment éveillé dans cette épreuve, de signaler à Guillaume que son plat allait être le Nécronomicon de la gastronomie infantile. Il parvient à grands coups de devinettes, de mimes et de chorégraphies, à faire rajouter de la béchamel dans le sandwich par Guillaume, mais le mal était fait. Cela équivalait à poser du lip gloss sur Lénine embaumé. - Attention - son croque était sans doute bon ! Et d'ailleurs, Norbert Tarayre l'a souligné. Cependant, par la présence de verdure, de multiples textures, de goûts mêlés, de saveurs complexes, le truc allait littéralement briser l'enfance de ces petits êtres. L'avis des gamins : « voir le marron ça donne pas envie », « les épinards donnent pas envie », « gnagnagna », « on sent trop le foie de veau » , et « j'aime bien le pain mais pas ce qui est à l'intérieur » (ce qui est, ne nous le cachons pas, SUPER handicapant pour un sandwich). -> Guillaume recalé en dernière chance à l'unanimité -> Maximilien qualifié pour l'épisode 6

BONUS MULTIMÉDIA : Dans Chef, de Jon Favreau, un enfant apprécie un sandwich cubain bien plus simple que celui de Guillaume. 


Kelly Vs Franck
Ingrédient imposé : Le Chou de Bruxelles

Kelly
Son plat : Cromesquis de choux de bruxelles-oignons, ketchup maison 
- C'est malheureux mais je n'ai encore une fois pas grand chose à dire de gentil ou de méchant sur cette épreuve de Kelly, qui fait le job, s'applique, rien de transcendant mais efficace.
- Prononce « Girl Power » pour la 17e fois depuis le début de Top Chef. Kelly essaie même d'émouvoir les petites filles de cet état de fait, mais après une hésitation, le groupe se dirige vers Franck qui a plein de chocolat à leur donner.
L'avis des gamins : « ça donne envie », « gnagnagna », « j'adore, ça a un gout très bon », « très très très bon »

Franck
Son plat : « Les Chou-rros » : Churros de choux de bruxelles, sauce framboise, sauce chocolat blanc, sauce chocolat au lait citron vert - Meilleur jeu de mot et meilleur plat de l'épreuve.
- Etchebest est complètement hypé par la trouvaille, surtout par le jeu de mot. Je ne l'ai jamais vu autant rire.
L'avis des gamins : « on a l'impression qu c'est pas du chou de bruxelles », « ça donne un effet beaucoup plus bon », « comme ça j'aime bien », « gnagnagna »

-> Kelly recalée de peu en dernière chance 4 voix contre 5
-> Franck qualifié pour l'épisode 6

BONUS MULTIMÉDIA : Un couple de brésiliens qui ressemblent à des graphistes de SoPi montre comment faire les vrais churros chez soi.



Jeremy* Vs Alexis
Ingrédient imposé : Le Poulpe ! Les deux candidats ont réussi l'exploit de perdre tous les deux un duel.

Jeremy*
Son plat : Oeufs brouillés façons bolognaise
- Jeremy* nous l'a jouée à la Marmiton : il devait faire des spaghettis de poulpe à la base, mais comme son zom n'a pas adoré, il a remplacé les spaghettis par des faux oeufs brouillés et ce n'était pas délicieux du tout.
- Catastrophé par Jérémy* sur cette épreuve, un des seuls darons du game, qui aurait pu rester stratège, la jouer safe, et s'en sortir. Je reste persuadé que même s'il avait joué les spaghettis, les gamins auraient pété un énorme câble sur la consistance qui n'a rien à voir, et les gamins DÉTESTENT quand ce que tu vois n'est pas ce que tu goûtes.
- Son idée technique était ambitieuse, on est resté admiratif quand, très solide, il a décidé de cuire ses fausses tagliatelles au chalumeau, sous les yeux bluffés d'Etchebest qui pendant une dizaine de secondes était à l'école. Le seul problème est que ça n'a pas marché du tout, sinon c'était impressionnant.
L'avis des gamins : « GNAGNAGNAAA OUIIIN », « ça donne pas vraiment envie de manger », « Ca me fait envie de vomir », « Berk », « J'ai détesté »
-> Jeremy* recalé en dernière chance avec une force sans nom

berkjerem

Je ne peux pas croire que mon Jérémy ait réalisé ça.

Alexis
Son plat : « Nuggets de poulpe, sauce mayonnaise ketchup »
- Alexis, un jour tu vas oublier ta tête ! Le garçon n'a dressé que trois assiettes alors qu'il y a six enfants. En situation réelle, faire une chose pareille, c'est une journée de cris (mais ça voudrait dire que vous avez six enfants donc ça va vous êtes habitués).
-> Alexis recalé en dernière chance alors que les gamins avaient bien aimé BONUS MULTIMÉDIA : Un truc effrayant sur lequel je suis tombé par hasard en cherchant une vidéo avec six enfants. 

2e épreuve : Chef de brigade

Ce qu'il fallait faire : un signature dish en donnant des ordres à une brigade constituée de tous ses concurrents ainsi que de son Chef attitré. Ce que j'aurais fait : un couscous au pollonium, en demandant à ma brigade de goûter régulièrement. Mes concurrents décimés, je gagnerais l'épreuve.

Juge invité : Yves Camdeborde. On devient un peu snob, il est même pas étoilé. Autant faire venir Laurent Mariotte tant qu'on y est. Monsieur Camdeborde, chef de file de la Bistronomie, va d'abord éliminer le plus mauvais Chef qu'il aura observé pendant les préparations, puis le plus mauvais plat.

Jeff* en Chef !
Le plat : « Rôti de lotte lardé, embeurré de chou au carvi et sauce vin rouge »
- Pour ceux qui ne connaissent pas, le carvi c'est le cumin des près. Il est surtout utilisé en Scandinavie et en Allemagne. On le retrouve dans le munster ou le pumpernickel, ce pain noir immangeable qui rend automatiquement allemand quand on le goûte.
- Jeff* joue très mal et réalise un péché capital : il ne pense qu'à la camera au détriment de la cuisine, du moins pendant le début de l'épreuve. Trop heureux de diriger Etchebest, il va le troller en permanence, coups dans l'épaule, petits noms d'oiseau, vannes et j'en passe. Etchebest joue le jeu à grand renforts de grimaces. Mais ici Etchebest est un animateur, et Jeff le candidat !
- Ainsi, Jeff va pas mal ignorer ses deux autres membres de brigade : Julien et Giacinta. En même temps, Giacinta n'ayant pas de moule en sa possession pour cette épreuve, il y avait de quoi hésiter à lui confier quelque chose.
- A noter, le léger surjeu des deux membres de brigades délaissés, pour pousser Jeff sous le bus. On vous a vus. - Jeff se rend compte progressivement de l'échéance et met les bouchées doubles, prend du plaisir, et sert un beau plat. Mais le mal est déjà fait.

-> Mon Jeff* recalé en dernière chance

fifi
"Allez Philou ! Allez Fifi ! C'est bien mon gars !"

Julien
Son plat : Ballotine d'aile de raie, déclinaison de céleri, coques, palourdes, poireaux, jus de coquillages citronné
- Julien étant déjà chef, on part confiant sur sa capacité à diriger une équipe.
- Mais ce qui se passe est étrange : il donne ses indications à la brigade sans préciser la destination. C'est aussi déstabilisant pour un commis qu'un GPS qui vous dirait de tourner une seconde avant le carrefour. Giacinta est perdue, on lui demande une brunoise, elle fait une brunoise en forme de noix, alors qu'il fallait juste une brunoise grossière pour une purée.
- Michel Sarran se tourne les pouces, toujours très tranquille. - Julien n'a pas encore tout à fait domestiqué le prénom de Giacinta : il essaiera successivement « Djoshinta », « Yoshenta », « Yoshinta » et « Djoushental ».
- Camdeborde, malgré ce mutisme pas très pro, apprécie le regard de Julien, qui a les yeux qui naviguent autour de la brigade pendant toute la préparation.

BONUS MULTIMÉDIA : Comment bouger ses yeux indépendamment 

Giacinta
Son plat : Rouget poêlé, brunoise de légumes du sud, purée de courgettes, pistou roquette et croûtons de pain de mie
- J'ai assez taquiné Giacinta dans ces chroniques pour lui reconnaître une grande efficacité lors de cette épreuve. Patiente, pédagogue, enthousiaste, elle a réussi à réunir son équipe autour de la réalisation de son plat, certes pas foufou mais parfaitement réalisé.
- Hélène Darroze, dès le début de l'épreuve, joue le rôle du commis et fait semblant de ne pas connaitre les termes techniques. - On se met finalement à douter d'Hélène Darroze lorsque cette dernière foire une de ses SEULES MISSIONS de l'épreuve : dorer des croûtons au four.
- Les croûtons sortent carbonisés. Vous pouvez désormais affirmer en cocktails que vous reproduisez à merveille une recette d'Hélène Darroze.
- Giacinta gère plutôt bien l'incident là où d'autres auraient fini Hélène à la plaque.

croutons

« Tartare de croûtons en noir de crame », Hélène Darroze

Dégustation :
Plat de Julien : « on a le moelleux, la fraîcheur, une cuisson parfaite », « sauce géniale », « assez classique ». Plat de Giacinta : « vif, coloré, contemporain », « plaisant », « manque un peu de punch », « assiette très agréable »

->Giacinta recalée en dernière chance -> Julien qualifié pour l'épisode 6

Épreuve de la dernière chance : Une tarte aux fraises surprenante

Ce qu'il fallait faire : surprendre le jury avec une tarte au fraise. Ce que j'aurais fait : j'aurais réalisé une tarte aux fraises tout à fait normale, en y dissimulant un petit walkie-talkie. Au moment de goûter la tarte, je parlerais au walkie-talkie en imitant la voix aigüe caractéristique de la tarte aux fraises, implorant au jury de ne pas me goûter. Sidérés, les juges auraient une conversation avec moi. A la fin de la conversation, je leur révélerais qu'il s'agissait de moi tout du long, en arrivant devant eux et en brandissant fièrement le walkie-talkie.

Guillaume
Sa réalisation : Biscuit croustillant dissimulé dans un crémeux de fraises thym citron, crème chantilly, opaline et fraises confites
- Guillaume est dans sa zone, il déroule, impeccable.
- Joue l'effet de surprise en cachant littéralement sa tarte au fraise dans une tarte aux fraises. L'avis du jury : « l'ensemble est très agréable à manger », « il nous a surpris ! »

-> Guillaume qualifié pour l'épisode 6, coup de coeur du jury

Alexis
Sa réalisation : « Tarte à la fraise destructurée »
- En réalité, sirop de fraises à la menthe, pâte à cigarette et crème pâtissière
- Pour un téléspectateur de Top Chef, c'est la millième tarte destructurée qu'on nous propose. La trouvaille ne fait plus briller les yeux comme au premier jour !
L'avis du jury : « Déstructuré : je n'aime pas ce mot-là » (Etchebest), « C'est une tarte en kit », « Interprétation assez plaisante » (Sarran)

-> Alexis qualifié pour l'épisode 6, en 4e choix. Chaud !

Jeremy*
Sa réalisation : « vision linéaire d'une tarte aux fraises »
- En réalité : Copeaux de pâte brisée, coulis de fraise des bois, crème diplomate balsamique et cardamome
- Jeremy sait être là quand il faut. Mais il m'a fait peur ce coup-ci car les avis des juges étaient très mitigés ! Fake News !
- Le dressage est magnifique et passe un peu inaperçu à ma grande surprise.
L'avis du jury : « La crème est trop sucrée » (Sarran), « Manque d'onctuosité » (Darroze), « Quand tu prends tout ensemble on a tout » (Etchebest).

-> Jérémy qualifié pour l'épisode 6, en 2e choix.

Kelly
Sa réalisation: fraise en éclat coriandre et citron confit
- c'est une pâte sucrée, crème pâtissière citronnée, méli-mélo de fraises à la coriandre
- Comme d'hab : rien à dire d'intéressant. Un plat neutre. Kelly c'est plus la Suisse que la Réunion. Il va falloir créer de l'émotion à un moment donné.
L'avis du jury : « On dirait une tarte tombée par terre » (Etchebest), « J'aime beaucoup sa pâte » (Darroze)

-> Kelly qualifiée pour l'épisode 6, en 3e choix.

Giacinta
Sa réalisation: Tarte aux fraises en textures
- En réalité : crumble, crème chantilly mascarpone, compote et gelée de fraises au basilic.
- Ah, tout de suite, sans moule à disposition, c'est beaucoup plus dur.
- La recette est assez débile et le dressage complètement raté.
- En réalité, on dirait la tarte aux fraises qu'un gamin de sept ans aurait commencé à faire sans surveillance d'un parent, puis aurait abandonné pour aller jouer à la PS4.
L'avis du jury : « Visuellement ce n'est pas réussi » (Sarran) « C'était le dessert que j'espérais ne pas avoir » (Darroze), « C'est bon, on aurait aimé plus d'originalité » (Etchebest).

-> SCANDALE TOTAL : Giacinta sauvée et qualifiée pour l'épisode 6 !!!!

tarte-aux-fraises

Sérieusement, Giacinta ?

Jeff*
Sa réalisation : Rondin de fraises au fenouil et vinaigre balsamique
- Pas beaucoup de réussite pour Jeff dans cet épisode. Deux épreuves moyennes de suite : fatal dans Top Chef.
- Ses rondins sont ratés et ressemblent à des friands à la saucisse achetés dans le train.
L'avis du jury : « on est plus dans le roulé que dans la tarte » (Sarran) , « un peu destabilisée » (Darroze), « belle matière au niveau de la fraise » mais « j'aurais voulu une crème » (Etchebest)

-> JEAN-FRANCOIS ÉLIMINÉ DE TOP CHEF !!!

Inconsolable. C'est le titre que l'Équipe aurait mis en Une si Top Chef était un sport. Cela fait deux fois de suite que Giacinta échappe au couperet de l'élimination – et cette fois-çi face à un de mes deux candidats favoris ! Jean-François en avait encore énormément sous le pied, il était méticuleux, ses mains de chef traiteur auraient pu faire des merveilles. Il était deuxième de mon classement ! Même en pondérant ma mauvaise foi, il figurait aisément dans le top 4 ou 5. Ou 6, allez. Un peu immature lors des deux derniers épisodes, je le perdais un peu : on l'anticipait moins, et ses traits d'humeurs se sont avérés beaucoup plus juvéniles qu'on ne l'imaginait. Mais méritait-il de partir, avec une Giacinta encore en lice ? Absolument pas. C'est la dure loi de Top Chef. On ravale ses larmes, et on continue. À la semaine prochaine pour une nouvelle chronique !

LES QUALIFIÉS
– MON TOP PERSONNEL :
JEREMY IZARN* 17.5/20 (-1)
FRANCK PELUX 17/20 (+0.5)

GUILLAUME SANCHEZ 16.5/20 (=)
ALEXIS DELASSAUX 16.5/20 (=)
MAXIMILIEN DIENST 16.5/20 (=)
KELLY RANGAMA 14.5/20 (=)
JULIEN WAUTHIER 14/20 (=)
GIACINTA TRIVERO 0/20 (-13)

Le candidat portant une astérisque est mon favori restant.

Pour vous refaire tous les débriefs d'Henry, rendez-vous sur la page dédiée ici. Sinon, rendez-vous à la semaine prochaine, même jour, même heure pour une nouvelle chronique livrée, comme toujours, au cul du camion.