Quantcast

La bière aux Frosties est le nouveau caprice des adulescents

Deux brasseries basées dans l'Orégon viennent de lancer une nouvelle bière infusée aux Frosties à l'attention des adultes qui ne veulent pas grandir.

Daisy Meager

Un peu plus tôt cette année, on a avait été choqués d'apprendre que les jeunes délaissaient de plus en plus les céréales du petit-déj pour la seule et honteuse raison qu'ils avaient la flemme de faire la vaisselle ensuite.

Il se pourrait bien que deux brasseries américaines aient trouvé le moyen de concilier le besoin irrépressible de Cheerios de la Génération Y avec l'aversion de celle-ci pour la vaisselle. La cerise sur le verre à cocktail ? Ça implique de l'alcool.

Car Montavilla Brew Works, à Portland, et Coin Toss Brewing, à Oregon City, viennent de lancer une nouvelle bière infusée aux Frosties.

LIRE AUSSI : Breaking news : les jeunes d'aujourd'hui préfèrent la bouffe à la baise

Baptisée « Catch the Tiger » – en référence à Tony le tigre, la mascotte de Frosties –, cette India Pale Ale possède « une pointe d'amertume, des arômes de citron, de pin et de marmelade d'orange », peut-on lire dans le communiqué de presse.

Et le tigrrrrre est en toi.

Afin de produire les premiers dix barils de cette bière (en édition limitée) destinée aux adultes qui ne veulent pas grandir, il aura fallu écraser pas moins de 11 kilos de céréales, de malt Pilsner et de cinq autres grains de spécialité.

LIRE AUSSI : Le barman qui fumait ses cocktails avec un bong

Les deux brasseries ne sont toutefois pas les premières à miser sur les incontournables du petit-déjeuner. Jacques Bezuidenhout, barman à San Francisco, a déjà tenté les Nesquik dans le Negroni, et un pensionnat du Zimbabwe s'est vu contraint de bannir les céréales de la cantine, car les élèves les utilisaient pour fabriquer de la bière.

Bon d'accord, les millenials. Vous aurez droit à votre bière goût céréales. Mais gardez en tête les sages propos de Mark de la série Peep Show : « Les Frosties sont les cornflakes des gens qui ne peuvent pas affronter la réalité. »