On pourra bientôt manger du « fugu » sans risquer sa peau

En Chine, la pratique de l'élevage sélectif a donné naissance à des poissons-globes qui ne sécrètent plus le fameux poison.

|
12 février 2019, 4:02pm

© Munchies

Les films de votre enfance sont souvent blindés de leçons de vie. On y apprend par exemple que toutes les stations spatiales de combat ont une faille (Un Nouvel Espoir, Le Retour du Jedi) ou que les bananes contiennent beaucoup de potassium (Chérie, j’ai rétréci les gosses).

Peut-être avez-vous même découvert l’existence du fugu, ce représentant de la famille des tétraodontidés (poisson-globe capable de gonfler pour faire fuir les prédateurs et les huissiers) dans le remake au ciné de la série Charlie’s Angels.

Pour vous rafraîchir la mémoire : Bosley (Bill Murray) se rend à une soirée sur le thème du Japon organisée par le méchant Roger Corwin (Tim Curry). Le petit personnel est déguisé en geisha et sert du fugu aux convives, un mets décrit comme exceptionnel pour « Les gens qui n’ont pas peur d’une mort atroce » par le maître de maison.

La plupart des membres de la famille des poissons-globes portent en eux ce poison qui peut provoquer engourdissement, paralysie et la mort.

Dylan (Drew Barrymore), une des Anges, prévient alors Bosley qu’un fugu sur 60 est mortel (disclaimer : on ne sait pas d’où sort ce chiffre), information qui n’empêche pas ce dernier d’avaler entièrement le morceau de poisson (spoiler : il n’en meurt pas).

Si le film vous a dégoûté du poisson-globe à vie, bonne nouvelle, il ne pourrait bientôt plus représenter la moindre menace pour l’organisme. Le fugu, longtemps banni des restaurants chinois à cause de son poison potentiellement mortel, ferait même son grand retour selon le South China Morning Post.

L’interdiction a été levée après que des producteurs chinois ont réussi à élever plusieurs générations de fugu qui ne produiraient plus leur fameuse toxine – la plupart des membres de la famille des poissons-globes portent en eux ce poison qui peut provoquer engourdissement, paralysie et la mort.

Un funeste destin qui peut être évité grâce aux talents d’un chef possédant la technique requise pour se débarrasser des parties du poisson touchées par le poison. Mais même après ça, il y a un risque. Selon la BBC, des fugu mal préparés ont tué au moins 20 personnes au Japon entre 2000 et 2012.

« On écarte systématiquement les poissons dont l’ADN indique qu’ils génèrent le poison. Du coup, génération après génération, on obtient un fugu qui n’en génère plus du tout. »

April Puffer, une entreprise qui veut ouvrir des restaurants servant du poisson-globe et qui possède plusieurs fermes d’élevage, a confié au South China Morning Post, que deux sous-espèces de fugu ne présentaient plus aucun danger. Les poissons concernés n’avaient jamais été en contact avec l’algue qui, digérée, sécrète la toxine.

Ces deux espèces sont les seules autorisées à être mangées en Chine. Un des dirigeants de l’entreprise souligne au SCMP qu’une des espèces est dans sa 7e génération, l’autre dans sa 10e. « On écarte systématiquement les poissons dont l’ADN indique qu’ils génèrent le poison. Du coup, génération après génération, on obtient un fugu qui n’en génère plus du tout. »

Si vous êtes un peu triste à l’idée de ne plus pouvoir profiter de cette roulette russe gastronomique, sachez qu'il y a beaucoup de plats qui postulent pour la remplacer. Ce dessert écossais à base de crème glacée par exemple et même l'eau. Ne relâchez pas votre vigilance SVP.


Cet article a été préalablement publié sur MUNCHIES US

MUNCHIES est aussi sur Instagram, Facebook, Twitter et Flipboard