L’US Air Force a un gros problème de mugs

D'abord parce qu'ils coûtent plus de 1000 balles l'unité et ensuite parce qu'ils ont une fâcheuse tendance à se casser au moindre choc.

|
nov. 5 2018, 12:25pm

Montage. Photo : Getty Images

Le site baptisé Honor Country (« Pays de l’honneur » dans la langue des pilotes de Thunderbird) vend plus de 50 mugs en céramique et thermos aux couleurs de l’US Air Force. Les prix vont de 9,50 $ (8 euros 30) pour une tasse lambda enveloppée dans un morceau de denim plutôt stylé, à 36,95 $ pour un thermos en inox qui promet de garder les boissons chaudes à la bonne température pour une durée précise de 2,4 heures (?).

Mais les membres de l’armée de l’Air en service boivent leur allongé du matin (ou du milieu de la nuit) dans des mugs qui coûtent la bagatelle de 1280 $ à l'unité. Et on le sait parce que l’US Air Force a révélé avoir dépensé 326 785 $ pour remplacer un lot de tasses pétées.

Fin septembre, Fox News écrivait que le 60e escadron basé à Fairfield en Californie avait dépensé 56 000 $ dans des « douzaines » de tasse en métal sur les trois dernières années. Selon un communiqué, chaque tasse coûterait environ 1220 $. Il y a deux ans, l’US Air Force avait payé 9630 $ pour dix mugs ; cette année, 32 000 $ pour 25 supplémentaires.

Si ces ustensiles coûtent la peau des fesses, c’est qu’ils sont équipés d’un petit réchaud interne permettant de garder le thé et le café à bonne température. Pour fonctionner, ils sont branchés aux prises des avions-cargo.

Problème – à 1280 $ quand même – ces tasses ont une durée de vie plus limitée que le mug Breizh de votre coloc qui traîne dans l'évier depuis 10 jours. Quand l’une d'elles tombe des mains de son propriétaire, l’anse en plastique qui permet de ne pas s'ébouillanter a tendance à se péter et faire sa vie. Le fabricant n'en propose pas de rechange, ce qui oblige l’US Air Force à faire chauffer la CB et à commander illico des tasses neuves.

« Chaque dollar dépensé dans des pièces de rechange exorbitantes ou dans des tasses de remplacement aurait dû être utilisé afin de renforcer notre défense nationale »

L’article de Fox News a même attiré l’attention de Chuck Grassley, un sénateur républicain de l’Iowa âgé de 85 ans, qui a écrit une lettre virulente à Heather Wilson, cheffe de l’US Air Force, pour lui poser quelques questions sur des dépenses jugées excessives.

« Chaque dollar dépensé dans des pièces de rechange exorbitantes ou dans des tasses de remplacement aurait dû être utilisé afin de renforcer notre défense nationale », a-t-il écrit. « Alors que le Congrès compte autoriser de futures dépenses, il est important de comprendre dans quel domaine et dans quel but elles seront faites ».

Wilson a répondu la semaine suivante, concédant que Grassley avait « raison d’être soucieux », avant d’expliquer que ses chiffres étaient même en deçà de la réalité. L’armée de l’Air a dépensé plus d’argent en tasses que préalablement établi. « L’objet en question est un chauffe-eau fabriqué spécialement car il se branche au système électronique des avions», a précisé Wilson. « Comme il est connecté à l’avion, son remplacement nécessite une certification de navigabilité délivrée par l’administration fédérale d’aviation (FAA). L’Air Force a acheté 391 de ces objets depuis 2016 pour un coût total de 326 785 $ ».

Le bon côté des choses, c’est que l'achat en volume ramène le prix unitaire de la tasse à la modique somme de 835,76 $. Wilson assure même qu’une section de recherche de l’US Air Force tente de confectionner à l'aide d'une imprimante 3D des anses de rechange qui, fabriquée en interne, ne coûterait à l’armée – et, par extension, au contribuable américain – que 50 centimes de dollars environ.

« On a mis une semaine à développer un processus et une solution pour les fameuses anses, de la maîtrise du logiciel jusqu’à l’impression physique », précise Nicholas Wright, designer 3D qui travaille à Travis, une base de l’US Air Force. « L’anse actuelle a un bout carré, ce qui crée un point faible. À chaque fois que la tasse tombe, l’anse se brise rapidement après l’impact. La nouvelle anse avec un bout arrondi réduit ce point faible. Elle est plus solide et peut être imprimée dans la plupart des bases de l’Air Force. »

Un prototype de la nouvelle anse a été envoyé à la base Wright Patterson pour une évaluation. En attendant qu’il soit approuvé, est-ce que les membres de l'US Air Force peuvent accepter l’idée que, parfois, on doit tous se taper un café tiédasse ?


Cet article a été préalablement publié sur MUNCHIES US

MUNCHIES est aussi sur Instagram, Facebook, Twitter et Flipboard