Bonne nouvelle : la bouffe sans gluten n'est pas meilleure pour votre santé

Les résultats d’une étude scientifique récente démontent la mode du régime « noglu » et cette idée reçue qu’il renferme des bienfaits nutritionnels, à moins que vous ne souffriez réellement d'une allergie ou d'une intolérance à cette fameuse protéine...

|
juil. 15 2015, 7:15am

On a tous un ami — ou pire, on est cet ami — qui se vante de ne pas manger des pâtes « normales » mais des pâtes au riz complet, ou d'avoir goûté le dernier cookie sans gluten à la courgette et au raisin de la boulangerie bio de son quartier. Pourtant, quand ce pote consomme des aliments qui contiennent du gluten, il ne souffre d'aucun problème digestif ni d'aucune allergie. En fait, il appartient à cette catégorie de mangeurs qui font systématiquement le raccourci entre gluten-free et bouffe saine, ceux qui sont persuadés que les trucs faits avec du quinoa ou de la farine d'amande aident à maintenir un esprit sain dans un corps sain ou des fesses en béton dans un yoga pants.

On a peut-être trouvé un argument pour avoir la conscience tranquille le jour où vous ferez malencontreusement — ou plutôt : intentionnellement — tomber quelques miettes de votre cookie aux pépites de chocolat sur le wrap vegan-noglu de votre meilleur ami super-chiant avec la bouffe et toujours en super-bonne santé.

Car les pâtes, muffins et tous les dérivés soi-disant sans gluten ne renferment pas moins de calories, ne sont pas moins gras que les aliments qui en contiennent. Ils sont pauvres en gluten, sur ça on est d'accord, mais si vous faites partie des 99% de Français qui n'ont pas de maladie coeliaque ou qui ne souffrent d'aucune intolérance avérée au gluten, ça ne veut pas dire qu'il faut vous goinfrer pour autant, sans gluten ou pas.

On a tous remarqué la recrudescence des rayons entièrement dédiés à la bouffe sans gluten dans nos supermarchés. À la base, ces aliments sont censés proposer des solutions aux personnes qui tombent légitimement malades si elles consomment du gluten, on parle de ceux qui y sont allergiques ou intolérants, par exemple. Et si ces produits n'étaient que le fruit d'une sombre astuce marketing pour nous les facturer dix fois plus cher ?

Les résultats d'une étude scientifique récente démontent cette mode du régime « noglu » et cette idée qu'il est bon pour la santé.

Pour les besoins de l'expérience, 3 200 produits répartis en 10 catégories différentes ont été soumis à analyse au George Institute for Global Health, en Australie. C'est l'étude la plus importante jamais conduite sur ce sujet.

Sous la direction du Docteur Jason Wu, les chercheurs ont comparé les valeurs nutritionnelles des produits dits sans gluten avec des produits équivalents dits « normaux » : il y avait notamment du pain, des pâtes, des chips, des cookies, des crackers et même des bonbons. La seule différence notable qu'ils ont trouvée en termes de bénéfices pour la santé est que la bouffe sans gluten contient « significativement moins de protéines », mais à peu près autant de sucre et de sodium.

« Ces dernières années, les produits sans gluten ont envahi les supermarchés et beaucoup de personnes qui souhaitent avoir une alimentation plus saine se sont précipitées dessus, explique le Docteur Wu dans un communiqué. Cette nourriture est souvent vendue à un prix excessivement cher et c'est devenu une vraie tendance. Mais en regardant leur composition, on a découvert qu'il n'existe qu'une différence minime entre les produits des deux catégories. »

LIRE AUSSI : Le dernier prétexte scientifique pour que l'on ne s'arrête jamais de bouffer du chocolat

Docteur Wu met aussi en garde sur « l'effet de halo santé » : un terme scientifique pour qualifier le biais psychologique qui laisse penser que si on achète des produits labellisés « bons pour la santé », comme il est souvent vanté sur les emballages, alors le consommateur lambda ne ressent plus la nécessité d'avoir une preuve scientifique des bienfaits apportés par tel ou tel aliment.

Et si vous pensez que personne ne se frotte les mains en vous voyant choisir « l'eau sans gluten » la plus chère de tout le magasin plutôt que de boire l'eau qui sort du robinet comme tout le monde… Vous vous foutez bien le doigt sans gluten dans l'œil, bande de nazes.

Aux États-Unis, les entreprises ont le droit d'apposer un label « sans-gluten » sur à peu près n'importe quel produit. Et elles ne s'en privent pas : de la vodka au céleri en passant par les œufs, tout y est, même si rien ne justifie ou atteste que ces produits ne contiennent effectivement aucune trace de blé.

« Le problème c'est que les consommateurs font une mauvaise interprétation de l'expression « sans-gluten », notamment quand il est question de junk food. Ils pensent que ça signifie forcément que c'est bon pour la santé. C'est là que cela devient un vrai problème diététique. Les céréales ainsi que les fruits et les légumes font partie intégrante des régimes sains et dans tous les cas, la junk food doit être évitée au maximum », conclut le Docteur Wu.

Il ne reste plus aux mangeurs de gluten qu'à se prendre par la main dans une farandole de joie et de célébrer la réhabilitation du pain et des féculents, tant qu'il est encore temps.